Cuvée incontournable dans le monde du Rhum depuis les années 90,

El Dorado 12 ans provient tout droit de la mythique région du Demerara, au Guyana.

Décryptage d’un grand classique.

Trois siècles d’Histoire

Située au Guyana (anciennement Guyane Anglaise devenue indépendante en 1966) la Demerara est une rivière dont l’histoire est intimement liée à celle de la canne à sucre et donc du Rhum. En effet, au XVIIIème siècle, il existe alors plus de 300 ( !) propriétés qui produisent sucre et Rhum le long de ses rives. Mais avec les multiples crises qui secouent l’industrie sucrière dès la première moitié du XIXème siècle, cette activité devient de moins en moins rentable. Les plantations ferment, se reconvertissent, se consolident en conglomérats… Tant et si bien qu’en 1938, de cet incroyable empire sucrier niché entre méandres de la rivière et jungle épaisse, il ne reste que 9 distilleries actives. Distilleries qui vont elles-mêmes essuyer de nombreux revers. Ainsi, au tournant du XXIème siècle, il ne reste plus qu’une seule maison productrice de Rhum : Demerara Distillers Limited. Une distillerie propriété de l’État et dépositaire d’un héritage unique au monde.

 

Vestiges du passé

Les multiples fusions qui amenèrent à la création de DDL ont permis à la distillerie d’acquérir un total de 14 alambics dont certains sont d’authentiques « fossiles vivants ». DDL peut en effet se targuer d’avoir entre ses mains les trois derniers alambics en bois au monde ! Le plus célèbre d’entre eux est l’iconique double pot-still « Port Mourant », dont la création remonterait à 1732 ! Les deux autres sont le pot-still simple « Versailles » et la colonne de distillation « Enmore ». Ces alambics sont fabriqués à partir d’un bois endémique extrêmement dense, imputrescible, encore utilisé aujourd’hui pour confectionner l’étrave de navires brise-glace : le « Green Heart Wood ». La distillerie dispose également d’autres alambics plus modernes dont le Coffey still « Diamond », qui fût mis en opération dans les années 1950.

 

 

Entre tradition et modernité

Le Rhum El Dorado 12 ans est composé de 3 Rhums distillés respectivement en alambic Port Mourant, Enmore et Diamond. Chacun Rhum vieilli séparément en ex-fûts de Bourbon pendant un minimum de 12 ans avant d’être assemblé et embouteillé à 40%vol. Dans le verre, il se pare d’une robe d’ambre aux reflets or.

Nez : Ample et pâtissier, le nez nous enveloppe de notes gourmandes de beurre de cacao, de sucre très brun, de coco, de noix et de bois grillé. Une pointe mentholée aux accents végétaux (herbe coupée) vient rafraichir l’ensemble.

Bouche : l’attaque est douce, caramélisée, mais l’acidité vient apporter un tonus bienvenu. On retrouve ensuite les noix (cajou, beurre de cacahuète, amande), les épices, la vanille, puis, un tabac brun corsé vient conférer à l’ensemble une charpente solide qui équilibre le sucre de l’attaque. La finale s’étire assez longuement sur l’astringence des épices, la vanille et les abricots secs.

 

Verdict : Ce n’est pas un hasard si le Rhum El Dorado 12 ans est considéré par beaucoup comme un grand classique. À la fois facile d’accès et complexe, souple et charpenté, il nous offre un profil tout en équilibre. Un Rhum qui a amené un nombre incalculable d’amateurs à se passionner pour les eaux-de-vie de canne à sucre. Et à raison ! Il s’agit pour nous d’un des 10 Rhums qu’il faut avoir goûté pour se construire les bases solides d’une bonne culture Rhum.

Vous êtes nombreux à nous demander quels seraient les 9 autres, promis, nous vous détaillerons cette liste prochainement !

Leave a Reply