La Maison Des Rhums, boutique exclusivement consacrée aux Rhums de tous les horizons, a ouvert ses portes en 2015 puis créé son site internet de vente en ligne (www.lamaisondesrhums.fr) en 2018. Et pour une équipe passionnée de d’eau-de-vie de canne à sucre, quoi de plus normal que de vouloir créer sa propre marque d’embouteillage indépendant. Ainsi pris forme la collection Rhum Dieu-le-Veut !

Les valeurs de Rhum Dieu-le-Veut

Rhum Dieu-le-Veut, c’est d’abord une envie de partager avec les amateurs les innombrables facettes que le Rhum propose. L’expression d’une volonté de simplicité, de se « régaler » avec des Rhums à l’identité forte et qui retiennent l’attention. Sélectionner, élever et embouteiller des Rhums vecteurs de plaisir et d’authenticité, reflets d’un savoir-faire, d’un terroir et d’une tradition. Ainsi pourrait-on résumer la philosophie qui anime la collection Rhum Dieu-le-Veut.

Les origines du nom

Anne Dieu-le-VeutLa marque tire son nom d’Anne Dieu-le-Veut, flibustière française qui vécue entre la fin du XVIIième siècle et le début du XVIIIième. Née à Gourin en Bretagne le 28 Août 1661, elle quitte ses terres natales âgée d’à peine 20 ans pour embrasser une nouvelle vie en Haïti.
En 1684, elle épouse le flibustier Pierre Lelong, alors premier commandant du Cap Français. Comme souvent à l’époque, les existences des âmes voyageuses sont courtes et intenses ; et pour Anne Dieu-le-Veut, les évènements s’enchaînent. En 1690, Pierre Lelong meurt dans une rixe en Haïti. En 1691, la veuve se remarie à Joseph Chérel, qui décède à son tour dans des circonstances troubles en 1693. Cette même année, une rumeur parvient aux oreilles de la flibustière, rumeur selon laquelle un corsaire hollandais, Laurent-Corneille Baldran dit Laurent de Graaf, aurait insulté feu son second mari. Blessée dans son orgueil, Anne Dieu-le-Veut lui « rend visite » pistolet au poing et le provoque en duel afin de laver son honneur. Le corsaire, épaté par le cran de la veuve, tombe sous le charme et lui demande sa main. Requête à laquelle la française accède !

Ensemble, ils pratiquent la piraterie pendant deux ans entre l’Île de la Tortue (au large de Saint Domingue) et la Jamaïque pour le compte de la couronne française. Brisant un des tabous de l’époque qui interdit à toute femme de monter à bord d’un navire sous prétexte que cela porte malheur, Anne Dieu-le-Veut fait partie intégrante de l’équipage. Mais en 1695, l’aventure prend fin brutalement lorsqu’elle est capturée par des soldats espagnols lors de l’invasion anglo-espagnole de Saint Domingue. Elle est détenue pendant 3 ans avec sa fille Marie-Catherine de Graaf et se révèle être une captive difficile. Ce n’est qu’au prix de nombreuses démarches et négociations que la France parviendra à la faire libérer en 1698. Les documents attestant de sa libération constituent la dernière mention officielle de son nom.
Elle meurt le 11 Janvier 1710 âgée de 48 ans à Cap Français. Sa fille Marie-Catherine, digne héritière, restera dans les livres d’Histoire pour avoir elle aussi provoquée un homme en duel.

Ce parcours chaotique mais plein de panache nous a donné envie de mettre en lumière cette personnalité haute en couleur et méconnue et d’en faire le visage de notre collection.

Un premier Rhum : Australie 2013 – Telopea Speciosissima

Si la canne à sucre est une plante résolument voyageuse qui colonisa la planète entre les 2 Tropiques au fil de l’Histoire, nous avons souhaité ancrer visuellement chaque cuvée de Rhum Dieu-le-Veut dans son territoire d’origine. Tel un lien végétal entre la canne à sucre et son environnement, chaque sélection arbore une plante endémique du pays de production. Pour cette sélection inaugurale de Rhum australien, nous avons choisi la luxuriante Telopea Speciosissima dont planche botanique illustrant notre étiquette date de la fin du XIXième siècle.

Pour parvenir jusqu’à votre verre, notre Rhum a eu une vie agitée. Il lui a fallu longuement voyager, patienter aussi ; et fréquenter pas moins de trois barriques différentes pour qu’il se pare de sa profonde robe d’acajou teinté de cuivre. Naissance en 2013, aux Antipodes. Au sein de la distillerie artisanale et indépendante Beenleigh, fondée en 1884 dans l’Est du Queensland australien.
Là-bas, notre Rhum va passer les 5 premières années de son existence cajolé dans un ancien fût de Bourbon. Un fût plutôt discret, qui va lui laisser l’espace nécessaire pour qu’il affirme sa personnalité : Fruits exotiques, eucalyptus, poivre du Sichuan et une pointe de solvant, typique de certaines productions de la tradition britannique.
Puis s’amorce la grande traversée. Il quitte le nid et vient prendre ses quartiers dans le Sud de la France, où il va être accueilli par un fût bien de chez nous : une ex-barrique de Muscat de Beaumes-de-Venise pour 1 an. Une année de transition. Comme un rite de passage qui signe la fin de l’adolescence et l’entrée dans l’âge adulte. 12 mois où notre Rhum va mûrir, s’assouplir : onctuosité du caramel alliée au parfum délicat d’un bouquet de fleurs séchées.
Enfin, il parachève son éducation française pour 2 années supplémentaires dans un ex-fût de Vin Doux Naturel de Rasteau. Il y gagne en carrure et en envergure. Sa palette aromatique s’enrichit d’une discrète compotée de fruits rouges et noirs et d’une pointe de noix de cola. Elle est désormais complète ; prête à venir vous rencontrer.

Pour la réduction, nous avons opté pour une approche contenue. Nous ne voulions pas brimer un Rhum à la personnalité chaleureuse et exubérante. Les 52%vol nous sont apparus presque comme une évidence. Le point d’équilibre entre rondeur et puissance ; comme une poignée de mains franche et pleine d’enthousiasme.

À présent embouteillé, le destin de notre Rhum n’est plus entre nos mains, mais entre celles de ceux qui le dégustent et qui, nous en sommes sûrs, y reviendront avec plaisir !

Retrouvez tous les détails du Rhum Dieu-le-Veut Australie 2013 sur notre site de vente en ligne et venez le découvrir en personne lors de notre dégustation de « lancement officiel » organisée le samedi 29 janvier 2022.

Leave a Reply